top of page

La construction

Ecusson de

Lapurdi

Ecusson des
​ trois ordres

Ecusson de
​Mgr Gieure

- Le Père Lopez de la Vega confie cette construction à une équipe de quatre architectes: MM J. Hiriart, Fr. Lafaye, G. Tribout et G. Beau dont le bureau est à Saint-Jean-de-Luz. La nouvelle chapelle fut construite à l' emplacement de l' ancienne, en conservant son orientation sud/nord( Le Choeur vers le sud et la nef vers le nord), différemment de la plupart des églises qui ont le Choeur tourné vers l'est. Un premier projet orientait la chapelle est/ouest, avec un cloître sur deux niveaux côté nord, et trois bâtiments de galeries (plan A4) ; sur le quatrième côté, en bordure de la route, un long mur de clôture s 'ouvrait au centre de la composition par un portail sous auvent (plan A5) "Dans la chapelle (...) la référence au style basque s'affirmait (...) avec le clocher en pan de bois, les galeries établies le long des murs de la nef, le choeur surélevé et la présence de nombreuses balustrades en bois. Seulement, ce projet est grandiose. Or, faute de moyens sans doute, le projet est bien simplifié. Malgré tout, la structure générale est conservée, c'est-à-dire "une nef unique couverte d'un plafond en bois et prolongée par un choeur fortement structuré au-dessus d'une crypte (crypte prévue sous toute la longueur de l'édifice et finalement limitée à l'emprise du choeur) (plan Aj)". Par ailleurs, l'évocation de la culture basque se limite aux deux petites balustrades des chapelles latérales, la tribune au fond de la chapelle, ainsi qu'à l'abondante iconographie de la nef.

Dès que les Missionnaires s' établirent à Hasparren, en 1824, ils firent construire une première chapelle dite "Kapera ttipia". Celle-ci échappa aux flammes en 1858.Elle était petite et sobre, ce qui fit dire à un Hazpandar"Jaun Misionestek egoitza ederra dute, bainan, nagusia , Jainkoa, etxola hitsean daukate" "Les Missionnaires ont une belle demeure, mais ils font résider le maître, Dieu, dans une bien triste masure". Elle s' avéra très vite trop exiguë pour la foule qui désirait assister aux diverses cérémonies et l' idée de construction d'une chapelle plus grande germa chez le premier Supérieur des Missionnaires, le Père J.B. Garat. Mais il fallut attendre le 6 ème Supérieur, Lopez de la Vega, pour voir la réalisation de la chapelle du Sacré-Coeur

Une souscription au-delà de toute espérance

A droite, liste de villages donateurs.


La souscription générale fut ouverte en 1928, mais déjà pour lors, les dons affluaient chez les Missionnaires.
Ainsi 73 paroisses du Pays Basque( Environ 5.000 donateurs) contribueront financièrement à la construction de la chapelle. La paroisse d' Hasparren fut le plus grand donateur, ce qui fit dire au Père Lopez dans son homélie, le jour de la bénédiction de la chapelle: " Hasparren a été la plus généreuse de toutes les paroisses et, je dois proclamer ici, que dans ce tableau d'honneur, Hasparren occupe donc la première place, se rendant digne ainsi du beau titre qui sera le sien désormais, celui de cité basque du Sacré-Coeur, gardienne de son sanctuaire. Les travaux les plus onéreux sont ceux de maçonnerie (382 000 F) et de charpente-menuiserie (100 495 F). S'ajoutent les factures de zinguerie-plomberie, serrurerie, peinture.., les honoraires des architectes (75 000 F). Tous ces frais sont des frais de construction de bâti classique. Mais ce qui est bien particulier ici, est la décoration intérieure. Les vitraux et mosaïques des Frères Maumejean coûtent environ 245 000 F auxquels il faut ajouter les fresques (76 000 F), le marbre de Carrare du choeur (82 000 F). Dans l'ensemble, cette chapelle coûte 1 351 589 F et l'ensemble des dons, quêtes... s'élève à 1 323 274,45 F. Or, pour payer les différents acomptes, le Père Lopez emprunte, généralement à 4 %, à des membres de sa famille ou à des Haspandars, car les dons sont très irréguliers. Cependant, dans sa chronique, le Père Lopez mentionne un montant total des dons supérieur à celui cité précédemment (1 355 274 F). Comment expliquer cette différence ? Des dons exceptionnels n'ont-ils pas été notés sur les cahiers de comptes ? Les missionnaires ont-ils pris de l'argent dans leurs économies ? Nous n'avons pas de réponse ; ce que nous savons c'est que pour le 31 décembre 1942, il reste 3 685 F en caisse, une fois payé tous les frais "Tout est réglé: Deo gratias !"'

Croix des Missionnaires(Avant la construction de la Chapelle) Aujourd'hui Place Mgr Mathieu:

 

 

LA CHAPELLE DU SACRE-COEUR

 

(Texte extrait du livre " Regard sur Hasparren")

Cette chapelle a donc été construite de 1928 à 1931. Le Chanoine Lopez de la Vega, réussit à faire aboutir Le projet.
Il exigea pour toutes les parties de l'édifice les matériaux les plus beaux et réalisa un ensemble qui est qualifié de “plus belle chapelle de construction récente de tout le grand Sud-Ouest”. Elle est d ‘ailleurs, pour cette raison, inscrite sur l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

La chapelle fait une longueur totale de 35 mètres. La nef a 20 mètres de long sur 9 de large. La splendide charpente apparente est en sapin des Vosges. La chapelle comprend cinq baies vitrées et une rosace découpée sur le fronton. Formant transept, on trouve deux chapelles étagées ; leurs tribunes étaient réservées à l' origine, l‘une pour les missionnaires, l'autre pour les religieuses. Sous le choeur, on trouve une vaste crypte qui sert de sacristie. Le choeur surélevé est entièrement décoré par une imposante et admirable mosaïque. Elle représente le Christ dont le coeur est apparent et qui ouvre largement ses bras en signe d'accueil. Tout le sol de ce choeur est de marbre clair et la ferronnerie qui le limite est très travaillée et élégante.


L'autel de la chapelle du transept gauche est dédié à Notre Dame de Lourdes, celui de la chapelle du transept droit est dédié à Saint Joseph. Les vitraux des tribunes placées sur ces chapelles portent les noms en basque des principales communes du Pays Basque ainsi que leurs armes ou blasons. Chacun des deux murs latéraux de la nef est percé de cinq fenêtres qui sont décorées de vitraux, comme la rosace de la tribune qui représente les trois personnes de la très Sainte Trinité. Les fresques de la nef, tout comme les mosaïques du choeur, sont particulièrement remarquables. Elles représentent quarante-huit saintes et saints, parmi ceux qui sont particulièrement vénérés au Pays Basque.

 

 

Comme le veut la tradition, le peintre a tenu à représenter quelques-uns de ces saints sous les traits de plusieurs personnalités bien connues de l'époque.

On reconnaît aisément l'évêque du diocèse et le maire de Hasparren.
Sur le mur gauche de la nef est fixée une très belle toile qui représente le Christ du Pardon ; elle est l'oeuvre d'un professeur de l'École des Beaux- Arts de Paris, grand prix de Rome. A l'extérieur, sur la coupole de la tour, avait été coulée une grande statue du Sacré-Coeur de 3.65 m de haut. Elle a malheureusement dû être déposée par mesure de sécurité. Ce monument est celui qui reçoit le plus de visiteurs. Tous ceux qui, un jour, profitent de ce privilège, en gardent un merveilleux souvenir.

bottom of page